Le Quatuor

Fondé en 2003, le quatuor 4Ygrecs est constitué de quatre jeunes musiciens suisses de formation classique, issus de l’Ecole pédagogique d’Art musical « Un, Deux, Trois, Musiques… » à Sion. Formés par les pédagogies musicales actives Willems et Orff depuis leur plus jeune âge par Nicole Coppey, ils ont ainsi grandi ensemble, baignés dans des univers musicaux aussi riches que variés. Cette vision large de la musique donne à leur style toute sa profondeur, sa diversité et son orientation artistique.

En quelques années, le quatuor a déjà été invité dans de nombreux festivals internationaux, séminaires pédagogiques et universitaires, congrès internationaux et émissions télévisées et radiophoniques. Pour ne citer que certaines de leurs prestations, mentionnons par exemple leur passage au Verbier Festival & Academy, au Festival International de Cadaqués, au Congrès Mondial du Conseil International de la danse à Malaga, leurs fréquentes prestations pour l’Association Orff en France ou leur participation à une émission télévisée illustrant leur rencontre avec l’artiste Pascal Auberson. Ils ont également été invités dans la saison musicale de la Cité de la Musique en 2010 et au Symposium Orff 2011 de Salzbourg à l’occasion de la célébration des 50 ans de l’Orff-Institut.

Pas de vie sans rythme, pas de rythme sans vie

© Manuel LarriagaLes pièces polyrythmiques du quatuor 4Ygrecs sont toutes de la main de Domitille Coppey ; elles puisent leur source dans la pédagogie Orff par laquelle la musicienne a été longuement formée. Désireuse d’approfondir cet acquis, Domitille commence très jeune à arranger certaines pièces, laissant par la suite son imagination partir de la feuille blanche vers des compositions aux idées plus insolites. Son propre langage musical s’est aiguisé avec les années, si bien que le répertoire de ses compositions s’étend désormais en une large palette de créations originales et déroutantes

 

Tout est propre à générer un son, une émotion…

Les 4Ygrecs exploitent ainsi toutes sortes de ressources sonores et jouent, dans les deux sens du terme, avec leur imagination, jusqu’à créer leur propre univers, indéfinissable et indéfini. Le groupe devient alors démiurge d’un monde où tout son est vie, où toute vie est son, d’un monde élaboré autour d’un concept aussi opaque que diaphane, un concept de remplissage de l’espace par le son.